Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 800 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 22 février 2017

The Scar of Shame - Frank Peregini (as Frank Perugini) - 1927



Dans la pension de famille de Madame Green, logent Alvin Hillyard, un pianiste talentueux de bonne famille, et Eddie Blake, un homme sans foi ni loi. 
Alors qu'il fait ses gammes, Alvin entend des cris et découvre dans la cour de la maison d'à côté Spike molestant sa fille adoptive, Louise. N'écoutant que son courage le jeune homme bondit à sa rescousse. Madame Green offre à la jeune fille de travailler pour elle et la mène à sa chambre.

Eddie s'intéresse de très près à Louise et tente de convaincre Spike de lui céder sa fille car il pense qu'avec son physique elle pourrait faire sa fortune. Mais Spike bien qu'intéressé par les verres que Eddie lui paie, n'est pas enthousiaste.

Eddie tente de convaincre Louise par la force mais à nouveau Alvin contrecarre ses projets. Chassé de la pension il revient pourtant et tente d'emmener la jeune femme. Alvin survient alors à nouveau et demande Louise en mariage, pensant ainsi déjouer les projets d'Eddie.

Après quelques mois Eddie réitère et envoie un faux télégramme à Alvin lui annonçant que sa mère est au plus mal. Louise se prépare à rencontrer sa belle-mère mais Alvin refuse de l'emmener car sa mère n'est pas au courant de son mariage et qu'elle espérait un beau mariage pour son fils.

Alors qu'Alvin fonce en voiture vers Morton, Louise déchire l'acte mariage et dépose son alliance. Spike convaincu par Eddie, fait le guet dans l'arrière court tandis quÊddie monte vers la jeune femme qui reste sans un mot.
De son côté Alvin comprend qu'il a été floué et revient en trombe juste à temps pour s'interposer au départ de Louise. Il brandit un revolver et Eddie tire de son côté. C'est le drame, Louise est blessée en tentant d'arrêter les deux hommes. Eddie et Spike disparaissent et la police arrête Alvin qui est alors condamné et mis en prison.

Quelque temps plus tard, Louise est l'hôtesse d'un club en vogue, le Lido. Les affaires marchent bien, sous la protection d'un avocat influent, Ralgh Hathaway. De son côté Alvin lime les barreaux de sa cellule et s'enfuit. Sous un faux nom il donne alors des cours de chant et de piano et fait la connaissance de la fille de Ralph, Alice. Les deux jeunes gens éprouvent un doux sentiment l'un envers l'autre et Ralph voit d'un bon oeil leur union ...


Pearl McCormack, Lawrence Chenault, Harry Henderson


Je m'arrête là mais il reste encore beaucoup à dire tant le film est riche en revirements. C'est à la fois son point fort et son point faible car certains revirements ne tiennent pas toujours très bien la route. Par exemple Louise est prête à se tuer plutôt que de subir les outrages d'Eddie, mais elle laisse tomber Alvin assez facilement. Difficile de croire à son amour qui parait assez faible.

Pourtant on ne s'ennuie pas une seconde à suivre ce film finement accompagné au piano par Philip Carli qui a en outre composé la partition.

Produit par Colored Players Film Corporation ce film est interprété par des acteurs afro-américains pour un public black. On parle beaucoup de race et de classe sociale dans le film et vu de notre temps cela parait un peu étonnant. Il faut dire que les acteurs ne sont pas très typés, et que le noir et blanc gomme beaucoup de nuances de couleur de peau. Effet du cinéma, ainsi tout le monde a l'air bronzé et il est presque difficile de dire que les acteurs sont blacks sans le savoir. Mais qu'importe !

L'histoire commence comme un drame et se poursuit comme un film noir. Profitez de le voir, on le trouve sur Youtube en ce moment !


76 minutes



Harry Henderson ...
Alvin Hillyard
Norman Johnstone ...
Eddie Blake
Ann Kennedy ...
Lucretia Green
Lucia Lynn Moses ...
Louise Howard
William E. Pettus ...
'Spike' Howard
Lawrence Chenault ...
Ralph Hathaway
Pearl McCormack ...
Alice Hathaway

Norman Johnstone

mercredi 15 février 2017

Alice in Wonderland - W.W. Young - 1915



La maman d'Alice et de sa soeur fait de nombreuses tartes aux pommes et les deux jeunes filles s'en vont se promener. "On rêve souvent de ce que l'on a vu juste avant de tomber dans les bras de morphée", Au cours de leur balade, les deux soeurs voient un lapin blanc, un hibou, un chat, etc ..

Alors que sa soeur lui lit un extrait de livre, Alice s'endort et voit un grand lapin blanc apparaitre dans ses songes. Le lapin lui fait signe de le suivre, et après quelques minutes Alice s'enfonce à sa suite dans un terrier qui mène sous terre. Après avoir chuté sur un lit de feuilles et de brindilles Alice se retrouve devant trois portes fermées à clé. L'une d'elle dévoile un petit passage près du sol qui ouvre sur un merveilleux jardin. Mais Alice est trop grande pour passer par la trappe de la porte et se met à pleurer. Un souris passe qui se rend à la convention des animaux et Alice la suit avant de lui faire un petit feu pour la sécher. La souris déclare alors "que le dodo dit que la meilleur manière de se sécher et de faire une course au "caucus"". 

A la convention, Alice parle de son chat mais personne ne semble intéressé par ses hauts faits en matière de chasse à la souris ou aux oiseaux. Un lapin lui demande ce qu'elle a fait de ses gants et de son éventail. Le lapin s'inquiète car il risque d'être exécuté par la duchesse. La jeune fille le suit dans une toute petite maison où elle découvre les affaires perdues du lapin.
Plus loin elle fait la connaissance d'une chenille qui fume sur un gros champignon et qui lui demande qui elle est. Alice répond qu'"elle ne le sait pas vraiment mais qu'elle sait qui elle était mais qu'elle a changé depuis" ...


102 ans nous séparent de l'année de la réalisation de ce film qui n'a rien à voir avec la version de Walt Disney.
Les costumes sont tout mignons l'ambiance assez poétique mais l'histoire est un peu ennuyeuse. Il faut dire que je ne l'ai jamais beaucoup aimée non plus donc j'ai eu de la peine à m'accrocher pour la suivre !

Inutile de dire que ce roman de Lewis Carroll a  inspiré de nombreux films ! Celui-ci semble être le tout premier à avoir été mis en scène devant les caméras...

Visible en ce moment sur la chaine Youtube. 

Alice au pays des merveilles

52 minutes



Viola Savoy ...
Alice

Herbert Rice ...
White Rabbit
Harry Marks ...
The Dodo Bird
Louis Merkle ...
The Dormouse
William Tilden ...
The Mad Hatter





mercredi 8 février 2017

Body and Soul - Oscar Micheaux - 1925




Dans une petite communauté de Géorgie, un pasteur très populaire, Jenkins, fait l'admiration de ses ouailles. Une brave femme, Martha Jane verrait même bien sa fille Isabelle l'épouser mais celle-ci aimerait épouser Sylvester que son frère le pasteur décrit comme diabolique.

En ville Jenkins croise Yellow-Curly, un ancien taulard rencontré en prison. Celui-ci se met à jouer aux cartes dans la maison de jeux locale. Bien sûr lui aussi a reconnu le pasteur-imposteur.

Martha Jane travaille comme blanchisseuse et met ses économies dans sa Bible, car elle pense qu'aucun bandit n'aurait le toupet de les dérober dans le livre saint. Visiblement sa fille Isabelle ne va pas très bien et Martha Jane croit bien faire en faisant venir le Pasteur.

Un jour, Isabelle pleure tellement que sa mère pour la réconforter part faire quelques emplettes pour lui cuisiner quelque chose qui devrait lui remonter le moral. Pendant ce temps Isabelle fait sa valise puis s'en va ...


Les 30 premières minutes sont un peu trop longues jusqu'à ce que les éléments se mettent en place car le découpage du film est un peu hasardeux. Après tout ce temps, on comprend alors, après l'avoir deviné, le martyre d'Isabelle. "Heureux les simples d'esprit car le royaume des cieux leur appartient", peut-être, mais on a de la peine à comprendre la substance du film jusqu'à la fin. Du coup, face au revirement final, on se sent un peu frustré car la chute évite bien des écueils, soit, mais fait perdre tout son sens au film. Dommage car a priori le thème de ce film semblait très courageux, dénoncer un pasteur malhonnête capable d'agresser une jeune fille innocente.

Le sermon "dry bones in the valley" (Ezéchiel 37) est apparemment le must pour tout pasteur noir qui se respecte. Il présente certains points communs avec le sermon que l'on peut voir dans les Blues Brothers et on se demande si ce film ne l'a pas un peu inspiré.

Le film démontre bien combien les gens simples peuvent être crédules et victimes de personnes sans scrupules portant une casquette importante.

C'est le premier film du talentueux Paul Robeson.

Julia Theresa Russell (Isabelle) était la belle-soeur du réalisateur Oscar Micheaux. C'est son seul film.
Lawrence Chenault a tourné dans plusieurs films réalisés par Oscar Micheaux, entre autres dans The Symbol of the Unconquered

Brève incursion visuelle dans les rues d'Atlanta de l'époque.

A ne pas confondre avec les nombreux films portant le même titre

109 minutes



Paul Robeson ...
Rev. Isaiah T. Jenkins / His Brother Sylvester
Marshall Rogers ...
Speakeasy Proprietor (as Marshall Rodgers)
Lawrence Chenault ...
Yello-Curley' Hinds - the Phony Reverend's Former Jailmate
Chester A. Alexander ...
Deacon Simpkins - a Church Elder
Walter Cornick ...
Brother Amos - a Church Elder
Lillian Johnson ...
'Sis' Caline - a Pious Lady
Madame Robinson ...
'Sis' Lucy - a Pious Lady
Tom Fletcher ...
(uncredited)
Mercedes Gilbert ...
Martha Jane - Her Mother (uncredited)
Julia Theresa Russell ...
Isabelle - the Girl (uncredited)


mercredi 1 février 2017

Captain January - Edward F. Cline - 1924




Dans le Maine sur une petite île (ou presqu'île) non loin de Fair Harbour, un brave homme responsable du phare, Jeremiah Judkins, s'occupe d'une petite fille qu'il a recueillie bébé lors d'un naufrage 5 ans auparavant.
La petite surnommée Captain January vit avec Skipper le chien et Hamlet le pélican, ses lectures sont la Bible pour l'esprit, Shakespeare pour la tête et le dictionnaire pour toute explication.

Craignant que la petite fille lui soit retirée, seul Bob Peet est autorisé à accoster sur l'île. Il apporte de quoi réconforter les deux amis qui s'entendent comme larrons en foire.

Jeremiah et son petit Capitaine ont des casiers à homards qu'ils vendent en ville dans l'espoir d'économiser de quoi voguer un jour sur les 7 mers.
Un jour Jeremiah ne se sent pas très bien et Bob amène le docteur qui lui prescrit quelques pilules  pour le cœur.

Pendant ce temps en ville, George Maxwell, un ennemi de Jeremiah, emmène les braves femmes de l'orphelinat voir le père Elliott car ils estiment qu'il est temps que la petite soit éduquée correctement.

Le père Elliott ne trouve rien à redire de la manière dont la petite est élevée et comprend à quel point elle est aimée par Jeremiah. Le temps passe, Jeremiah ne se sent pas très bien et Captain January s'occupe de faire bouillir la marmite en vendant les homards. 

Un jour en fin de journée arrive un voilier appelé le Comfort transportant les Mortons en provenance de Boston. Pour la première fois depuis toutes ces années, Jeremiah dort une heure de plus et n'allume pas le phare à l'heure. Le bateau s'échoue sans trop de gravité et bien sûr les gens blâment Jeremiah.
Evidemment Maxwell surfe sur la vague de mécontentement pour essayer d'enlever la petite fille. Alors que les deux hommes s'affrontent, les Mortons viennent rassurer Jeremiah. Le bateau n'a pas subi trop de dégâts et reprend la mer. Madame Morton est fascinée par January qui lui rappelle sa soeur et son bébé, supposés noyées non loin de la côte au cours d'un naufrage.

Le pasteur Elliott arrive alors et convainc Jeremiah du bien fondé des allégations en montrant une montre qui appartenait à la soeur de Mme Morton. Jeremiah demande quelques jours afin de pouvoir prendre congé de la petite.
Le jour venu Jeremiah dépose la petite à bord du bateau et s'en va en catimini. Captain January pleure tout son soûl. Les semaines passent et Jeremiah charge Bob Peet d'apporter une poupée à January pour son anniversaire...


Une histoire tragique et larmoyante à l'extrême. C'est l'histoire de Heidi sauf que son séjour loin de son grand-papa est beaucoup plus court ! Beaucoup de scènes plombent le film. Hobart Bosworth a l'air mourant plus d'une fois mais tout est bien qui finit bien ! Malheureusement il n'y a pas grand chose de plausible ou d'étoffant dans la façon dont l'histoire est contée.

Par exemple, j'avais cru comprend que le phare se trouvait sur une île. Lorsque le naufrage a lieu les villageois apparaissent soudain auprès du phare ? Dès lors pourquoi faire croire au départ que la maison n'est accessible que par barque et limitée à Bob Peet ?
De même qu'on a peine à croire que Jeremiah et le petit Capitaine dorment une heure de plus en fin de journée : ça n'a pas vraiment de sens, d'autant plus qu'ils sont tous deux en pyjama. Sans parler du fait que Jeremiah donne sa démission mais habite toujours dans le phare à la fin ...

64 minutes

Un remake avec avec Shirley Temple a été tourné en 1936 par David Butler

D'après un roman de Laura E. Richard
 


Hobart Bosworth ...
Jeremiah Judkins
Baby Peggy ...
Captain January
Irene Rich ...
Isabelle Morton
Lincoln Stedman ...
Bob Peet
Harry T. Morey ...
George Maxwell
Barbara Tennant ...
Lucy Tripp
John Merkyl ...
Herbert Morton
Emmett King ...
John Elliott



mercredi 25 janvier 2017

The Family Secret - William A. Seiter - 1924


A New York, il y a longtemps. Margaret Selfridge aime Garry qu'elle a épousé secrètement. Comme son père refuse qu'elle courtise un apparent coureur de dote, elle rencontre son amoureux dans le jardin.
Sa tante Abigail et son père voient le couple se bécoter par la fenêtre et le vieux Selfridge chasse Garry sans pitié avant d'envoyer Margaret au loin quelque temps dans l'espoir qu'elle oublie le pauvre garçon. Lorsque Margaret revient au foyer, elle ramène sa fille de quelques mois et annonce à son mari que son père n'aura pas de difficulté à apprécier la situation maintenant qu'il est grand-père. Las, loin s'en faut, Selfridge n'apprécie pas du tout la surprise et chasse à nouveau Garry qui pense avoir la bonne idée pour voir sa femme et sa fille de s'introduire de nuit dans la maison. Bien sûr un policier faisant sa ronde aperçoit la fenêtre ouverte et pense aussitôt à un cambriolage. Selfridge en profite pour faire arrêter le pauvre garçon qui est aussitôt jeté en prison pour 4 ans et demi.

Pendant ce temps sa pauvre fille Peggy est éduquée par une femme acariâtre qui lui lit des romans à l'eau de rose, tandis que sa mère alitée est sous la coupe d'une garde chiourme peu amène.
Ballotée en tous sens la petite Peggy fait des connaissances dans la rue et rencontre un monsieur accompagné d'un chien qui n'est autre que son père lorsqu'elle a mangé trop de bananes. Ignorant tenir sa fille, Garry l'emmène au poste de police qui appelle les Selfridge.

Petit à petit Margaret reprend le contrôle de sa vie et le vieux Selfridge s'adoucit ...


Petite histoire sans trop de prétention qui donne lieu à quelques revirements peu plausibles. Toutefois on a le plaisir de voir les rues de cette époque et la charmante Baby Peggy. Le reste n'est qu'un pretexte pour la mettre au centre de l'histoire.

On trouve le film chez Grapevine ou en ce moment sur la toile.

Image : MoMA

70 minutes



Baby Peggy ...
Peggy Holmes
Gladys Hulette ...
Margaret Selfridge
Frank Currier ...
Simon Selfridge
Lucy Beaumont ...
Miss Abigail Selfridge
Edward Earle ...
Garry Holmes
Martin Turner ...
Uncle Mose
Elizabeth Mackey ...
Aunt Mandy
Martha Mattox ...
Nurse Sneed
Cesare Gravina ...
Tomaso Silvano

Edward Earle

mercredi 18 janvier 2017

Arizona Days - J.P. McGowan - 1928



J.P. McGowan
Dans le comté de Jackson, du bétail est dérobé. Ed Hicks qui est à la tête des rustlers est sur le point de voler une partie du bétail du ranch de John Martin.
Celui-ci semble de connivence avec le bandit qui lui promet de restituer ses bêtes à la frontière en lui assurant que cela serait douteux qu'il soit le seul de la région dont le bétail n'est pas dérobé.
Rassuré Marti laisse faire mais Ed demande à ses hommes de ne pas faire de différence et de passer tout le bétail de l'autre côté de la frontière.
Dolly la fille de Martin surprend les bandits et déclare vouloir prévenir le shérif. 

John Lowell
Poursuivie par Hicks elle s'enfuit au triple galop et échappe à son poursuivant avant de rencontrer un mystérieux jeune homme caché dans un fourré, Chuck Drexel. Celui-ci la ramène au ranch de son père avec lequel il semble bien s'entendre.

Un étrange pied tendre nommé Reginald Van Wiley apparait en ville et demande son chemin pour se rendre au ranch Martin. Les gens se moquent de lui et l'accueillent comme il faut avant que le pauvre garçon puisse poursuivre sa route sur un âne...


Peggy Montgomery
 Western très court et très très moyen. Peggy Montgomery est très mignonne mais se fait traiter comme une petite fille par un Bob Custer horripilant dans les premières minutes. On comprend que la jeune fille ait envie de lui mettre quelques baffes ! Elle ne tournera pas beaucoup et sa carrière s'arrêtera en 1929.

Mack V. Wright est plus connu comme assistant réalisateur. Il a pourtant tourné dans bon nombre de westerns et aura réalisé une trentaine de films.



Mack V. Wright


44 minutes




Bob Custer ...
Chuck Drexel
Peggy Montgomery ...
Dolly Martin
J.P. McGowan ...
Ed Hicks
John Lowell ...
John Martin (as John Lowell Russell)
Mack V. Wright ...
Black Bailey
Jack Ponder ...
Reginald Van Wiley


Jack Ponder

mercredi 11 janvier 2017

April Fool - Nat Ross - 1926


Un veuf fraichement émigré à New York a trouvé un travail dans une blanchisserie. Lorsqu'il laisse malencontreusement son fer à repasser sur un pantalon son patron le vire.

Mary Alden
Jacob est bien embêté car il n'a pas un sou et il faut s'occuper de sa petite fille Irma. Celle-ci a la chance d'être prise sou l'aile de Amelia Rosen, une jeune femme qui tient le magasin local et qui est secrètement amoureuse de Jacob.

Jacob est la cible de deux galopins, Joe  le fils d'un prêteur sur gage, Applebaum, et son cousin adopté, Leon Steinfield qui lui jouent des tours.
Un jour de pluie les garçons lui remettent un parapluie qu'il est impossible d'ouvrir. Non loin à la sortie du théâtre des personnes hésitent à se jeter sous l'eau et l'une d'elle donne 1 dollars à Jacob en échange de son parapluie. 
Avec son dollars Jacob achète 4 parapluies d'occasion chez Applebaum et les revend chacun un dollars. Du coup Applebaum augmente le prix de ses parapluies et en revend un lot au brave homme mais déjà il cesse de pleuvoir ...
Jacob aimerait demander la main d'Amelia et recommande à son ami Moisha de servir d'entremetteur.
Raymond Keane
Mais Applebaum souhaite lui aussi épouser Amelia et lui fait croire que Jacob en a après son argent. Amelia refuse sèchement la proposition et vent son magasin avant de disparaitre.

10 ans plus tard, Leon travaille pour son oncle tandis que le fils Joe Applebaum tourne plutôt mal. Leon est amoureux de Irma qui va fêter ses 18 ans. Irma rencontre Amelia dans un salon de beauté et l'invite à la soirée. Son père qui a fait fortune dans les parapluies est très fier de sa fille.
Amelia est émue de revoir l'homme dont elle est toujours amoureuse et Jacob bafouille d'émotion. Leon demande la main d'Irma mais le jour du mariage il est accusé d'avoir dérobé 30'000 dollars chez Applebaum qui a en fait été dérobé par son propre fils ...



Duane Thompson
Une belle histoire simple et pleine de bons sentiments. Jacob Goodman qui porte bien son nom est parfait dans le rôle de Jacob, cet homme fier qui n'ose pas dire son amour à Amelia qui attend simplement.

Baby Peggy est adorable dans le rôle de la petite Irma.

Le séduisant Raymond Keane n'aura tourné que dans 11 films dans une courte carrière.

On trouve ce film entre autres chez Grapevine,

63 minutes



Alexander Carr ...
Jacob Goodman
Duane Thompson ...
Irma Goodman
Mary Alden ...
Amelia Rosen
Raymond Keane ...
Leon Steinfield
Eddie Phillips ...
Joseph Applebaum (as Edward Phillips)
Snitz Edwards ...
Mr. Applebaum
Nat Carr ...
Moisha Ginsburg
Baby Peggy ...
Irma Goodman - a Child
Pat Moore ...
Joe Applebaum - a Child
Leon Holmes ...
Leon Steinfield - a Child


mercredi 4 janvier 2017

Tigre Reale - Giovanni Pastrone - 1916




Au Palais de Rancy au cours d'une soirée mondaine, Giorgio remarque la comtesse Natka et demande à leur hôtesse de lui présenter la jeune femme. Natka lui tend obligeamment son carnet de bal mais Giorgio constate qu'il est déjà complètement rempli et trace le premier nom avant de le remplacer par le sien.

Malheureusement pour lui l'homme lésé est un escrimeur très connu. La comtesse s'en va et le lendemain à l'aube les deux hommes se battent en duel. Giorgio est blessé et se remet gentiment lorsqu'il reçoit une mystérieuse missive lui disant "je t'aime, je pars". Se doutant qu'il s'agit d'un message envoyé par la comtesse, Giorgio se précipite chez elle pour apprendre que celle-ci s'en est allée par le train du sud.
Giorgio tente de la suivre mais perd sa trace. Il fait alors la connaissance d'une autre femme lorsqu'il aperçoit dans une voiture Natka qui le sème à nouveau..

Quelque temps plus tard Giorgio reçoit du palais une invitation qui précise qu'"elle" sera là. Giorgio est ignoré par la jeune femme durant toute la soirée mais alors qu'il compte prendre congé la comtesse lui demande de rester. Plein d'espoir Giorgio attend mais la comtesse désire qu'il joue du piano pour lui ôter son mal de tête avant de sortir dans la nuit glaciale. Giorgio la suit et  la ramène à l'intérieur avant de l’installer devant un bon feu.

Pendant qu'elle boit une tisane, la comtesse lui raconte avoir aimé, jadis, un jeune rebelle polonais, Dolski, poursuivi par la police. Lorsqu'il fut déporté la comtesse entreprit de le rejoindre. Après avoir épuisé un cheval elle découvrit son amant dans les bras d'une autre femme. Dès lors elle s'enfuit à bride abattue dans la neige de Sibérie, tuant son cheval d'épuisement. Recueillie par des braves gens, elle est assez rapidement rejointe par Dolski qui campe durant 4 jours et 4 nuits derrière sa porte. Lorsqu'il menace de se suicider elle l'encourage et il se tue ainsi d'une balle dans la tête. La comtesse conclut son histoire en précisant que pour elle, c'est ça l'amour.
Le jeune homme aimerait savoir si la comtesse l'a aimé mais il est prié de quitter la maison. La jeune femme tombe alors malade et Giorgio lui écrit car il a reçu la mission de se rendre à Lisbonne. Mais alors qu'il veut remettre sa lettre il croise Natka qui l’emmène au théâtre voir Ruy Blas
Dans l'ombre tous deux s'embrassent enfin mais la comtesse tourne vite casaque en disant ne pas aimer Giorgio et se mépriser pour ce baiser échangé au théâtre.
De retour chez elle Natka retrouve avec surprise son mari et se prépare à repartir. Mais avant de faire ses bagages elle écrit une lettre enflammée Giorgio lui promettant de le rejoindre pour mourir.
Giorgio est sur le point de se fiancer quand un mot de la Comtesse lui parvient ...



Ce film a 100 ans et il reste résolument intemporel. De la passion et de l'amour, un chassé-croisé infernal dans une profusion de détails. Le tout est filmé avec une caméra jamais statique et l'histoire est contée de façon très moderne, avec un flash back central bien réalisé. 
Amusant de voir une femme mener la danse. Le pauvre Giorgio est balloté comme un fétu de paille, la diva se joue de lui comme un chat avec une souris.
Les effets spéciaux finaux sont tout à fait remarquables.

A cette époque les animaux et en particulier les chevaux n'étaient pas forcément très bien considérés, en tous cas on a droit à deux chevaux qui sont fouettés, qui chutent lourdement et qui ont l'air en fort piteux état. C'est à peine regardable et on se sent honteux pour l'humanité.

Giovanni Pastrone le réalisateur de "Cabiria" (1914) était le mentor de Pina Menichelli. C'est lui qui a lancé sa carrière.

Pina Menichelli est une jeune femme très photogénique qui se meut de façon sensuelle. Ses regards sont lourds de sens et elle n'hésite pas à en faire un maximum pour envouter le spectateur.

La tigresse royale
The Royal Tigress


86 minutes



Pina Menichelli ...
Countess Natka
Alberto Nepoti ...
Giorgio la Ferlita
Febo Mari ...
Dolski
Valentina Frascaroli ...
Erminia
Ernesto Vaser ...
Il droghiere


Articles les plus consultés

Membres